Historique
Données Techniques
Jours de visite / Musée
Galérie de photos
Extraits de film
Contact
Livre d'or
Itinéraire

   
Historique
   
 

Historique

Le nom historique et les surnoms.

Le moulin à vent de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek a gardé son nom depuis plus de 600 ans. Au cours du dernier siècle, deux surnoms ont poussé le nom original à l'arriére-plan. Par la restauration actuelle, le nom historique sera remis en honneur.

Le nom historique: Hertboommolen (Moulin Hertboom)

Le nom original du moulin à vent est "Hertboommolen". Le nom réfère au grand pâturage ouvert adjacent. Dans le livre d'accises de 1391 - la plus ancienne citation concernant le moulin - on peut lire: "1 bunre lant op hertboem byden wintmolen". "1 bunre (= mesure ancienne) de terre à l'annexe de hertboem (toponyme) au moulin à vent". Ceci démontre l'emplacement éloigné du moulin, dans les champs, au croisement de quatre routes: la rue actuelle "Molenkauter" (autrefois Hertboem!), "Windmolenstraat", "Vossenbunderstraat" et la rue "Hertboomstraat".

Sur la célèbre carte "De Ferraris" du temps de de la Hollande Autrichienne (vers 1775), on retrouve clairement le moulin, la maison du moulin et lesétables sous la dénomination: "Le Moulin Herdt Boom".

Les surnoms: Moulin tragique.

Au début du 20ième siècle, le moulin à vent reçoit un surnom sinistre suite à une série - en effet - d'incidents tragiques. Le jour de l'an 1745, à l'arrière-plan de la guerre de succession d'Autriche, des membres de la bande de Jan De Lichte assaillent la maison du moulin. Meunier Peeter van Lierde se fait assassiner. Durant des générations ce vol avec assassinat reste gravé dans la mémoire à cause de la figure légendaire de Jan De Lichte. Pendant la deuxième guerre mondiale, en 1917, un second vol avec assassinat a lieu. La femme du meunier et le serviteur se font brutalement massacrer. Depuis lors, le peuple parle du "Moulin Tragique", un nom que l'on retrouve souvent dans la littérature et dans les inventaires des moulins à vent. En signe de deuil, les planches au pales étaient peint en noir.

… et le Moulin du Capitain Zeppos

Le surnom "Moulin Zeppos" évoque des souvenirs bien plus agréables. Dans les années soixantes on tourne dans le moulin et aux environs la plupart des scènes du feuilleton: "Le Capitaine Zeppos", depuis lors devenu classique pour jeunes. Le Capitaine Zeppos, joué par Senne Rouffaer, est l'habitant fascinant de la ferme du moulin. Pas très surprenant que la popularité du feuilleton contribue à la notoriété du moulin. Pour la jeune génération, l'étiquette "Moulin du Capitaine Zeppos" est plutôt insignifiante.


Les environs

Pajottenland

Pays de fermes carrées et de moulins

Des moulins à eau il y en a tout plein au Pajottenland. Par contre pour les moulins à vent en bois c'est tout à fait différent. Depuis le moyen âge jusqu'au 20ième siècle d'innombrables moulins à vent sont les balises incontestables dans notre paysage.

Le passé agricole du Pajottenland

"Pajottenland" est la dénomination d'une partie de la province du Brabant flamand, région de glaise, au sud-ouest de Bruxelles, entre les rivières de la Senne et de la Dendre. Joliment en déclive, le Pajottenland a connu un passé très agricole. Depuis le moyen âge l'homme entame le déboisement pour cultiver la terre fertile. Jusqu'à la moitié du 20ième siècle la région reste un pays d'agriculture traditionelle.

L'exploitation agricole et spécialement la récolte des blés demeurent les facteurs dominants. A partir du 12ième siècle les premiers moulins à grain furent introduits, pour devenir les chaînons essentiels de l'industrie agricole. Après la période difficile de guerre du 16ième et du 17ième siècle sous le règne de Marie-Thérèse, l'agriculture prospère à nouveau. La plupart des moulins à vent furent construits aprés 1700; en général des moulins à pivot en bois à piédestal ouvert, tout à fait comme le moulin à vent de Lombeek. Les fermes carrées du Brabant et les moulins à vent sont caractéristiques du paysage.

Déclin inévitable

A la fin du 19ième siècle l'agriculture européenne tombe dans la crise. A cause d'importations massives de blé d'Amérique et de la Russie les prix se détériorent. Par nécessité, également au Pajottenland, une conversion vers l'élevage du bétail a lieu. Cette conversion accélère le déclin de l'activité des moulins à vent, commencé par la Révolution Industrielle. Au milieu du 20ième siècle il n'y a plus de moulins à vent réellement en production.

Diverses sources mentionnent qu'aux environs de 1900 le Pajottenland compte vers les 70 moulins à vent, d'autres parlent d'à peu près 40. Malheureusement tous ont disparu. Au village avoisinant de Pamel le moulin délabré, le Keirekens, s'écroule en 1970 et en 1971 le Zouave Papal est froidement renversé.

Le moulin Hertboom quant à l'origine, l'histoire et le genre fait modèle comme moulin à vent au Pajottenland. Seulement la fin est différente: le moulin Hertboom survit et garde sa condition opérationnelle!

 

L'histoire

700 ans d'histoire en résumé

Un livre de levée et d'impôt de Pamel de 1391 fournit la preuve écrite la plus ancienne de l'existence d'un moulin à vent au site actuel du moulin. Mais vraisemblablement il y avait déjà un moulin à vent avant le 14ième siècle. Au moins par quatre reprises ce moulin à vent a été recontruit. Par manque d'archives beaucoup reste inconnu en ce qui concerne l'évolution du site du moulin jusqu'en 1655 et également par après.

Un moulin à éviction appartenant aux Sires de Lombeek et aux Sires de Gaasbeek: 1300-1655

Sans doute c'est aux environs de 1300-1345 que le seigneur féodal de Lombeek, Diederik de Walcourt, fait construire le premier moulin à vent. La colline, richement éventé, au milieu des champs, est l'endroit idéal. En 1381 la propriété de Lombeek, et avec elle le moulin à vent, passe aux mains
des Sires de Gaasbeek.

Vraisemblablement le moulin avait le statut de "banmolen" moulin à éviction: les sujets des Sires étaient obligés, à condition de payer naturellement, de faire moudre les blés au "banmolen", sinon c'était la pénalité. Le meunier reçoit le moulin en location du seigneur féodal. La propriété des moulins fut un privilège féodal, uniquement les souverains avaient la prérogative de posséder des moulins.

Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek étant au moyen âge un endroit de pèlerinage important a connu une période prospère. Pour pouvoir répondre à la forte demande de capacité à moudre le petit village se voyait doté de quatre moulins, dont un moulin-manège.

Période de crise: 1655-1723

Après une période de déclin et d'inactivité, en 1655, le dernier propriétaire de Gaasbeek, Alexandre de Renesse, confie la charge de construire un nouveau moulin. Cependant, pour se dégager des dettes gigantesques de son père impétueux, il est obligé la même année de vendre le nouveau moulin au chevalier Gabriel Le Febvre, Sire de Tiercelet.

D'ailleurs nous savons que le nouveau propriétaire fait construire que deux ans plus tard un autre moulin. Mais pourquoi? Le moulin avait-il été détruit entretemps?

En 1689 Jan Dors, procureur du Counseil de Brabant, acquérait la propriété. Après les aristocrates, maintenant les patriciens de Bruxelles se succèdent comme propriétaires de moulins. Jan Dors n'a pas été très heureux avec le moulin à vent. En 1690 les troupes du roi français Louis XIV font brûler le moulin et la ferme.

D'autres moulins et pas mal de fermes dans la région subissent le même sort comme punition pour cause de non paiement ou d'acquittement inadéquat des taxes de guerre. La famille Dors rend l'administration locale responsable pour les pertes et après des années de procédures judiciaires des compensations sont octroyés en 1721.

Entretemps le site du moulin est abandonné. Comme écrit littéralement dans l'acte d'achat de 1716: "Le patricien de Bruxelles, Egidius De Mesmaeker, acquiert une pile de vieux détritus." Un nouveau moulin se fait ériger.

Le moulin actuel est de l'année 1723/1727 (ou bien de 1760?)

Déterminer l'année exacte est une tâche difficile, probablement en 1723 et certainement en 1727 il y a un nouveau moulin. Une inscription rouge sur une poutre "P.V.L 1727" devrait, plausiblement, référer à Peeter Van Lierde devenu le meunier pendant cette année-la. La réédification de la maison du meunier se termine en 1732.

De nos jours on est convaincu que le moulin de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek serait le moulin à vent construit en 1723/1727. Longtemps, dans nombre d'écritures, 1760 était mentionné comme année de naissance, basé sur une inscription "M.d.M. 1760" dans la poutre qu'on appelle maître-sommier. M.d.M. devrait référer au Moulin de Maître de Man, Sire illustre de Lennik qui construisait plusieurs moulins. Mais comme l'auteur Van Herreweghen et, plus récemment, Struyf le demontrent, il serait plutôt prématuré de conclure qu'à cause d'une seule inscription et des dégâts mineurs causés par l'incendie, à défaut d'autres preuves, le moulin devrait être détruit et reconstruit en 1760.

En fait, Carolus de Man ne devient propriétaire que douze années plus tard, en 1772. De la recherche scientifique pourra faire de la lumière. Il est certain que ce moulin à vent, comme d'ailleurs tous les moulins à pivot de notre région, est à dater du 18ième siècle, période prospère pour les moulins à vent après les années de guerre, l'économie et l'agriculture étant en convalescence.

Une rénovation profonde de la maison du meunier en 1784 donne l'édifice son aspect actuel. Que le moulin ait également subi des modifications demeure une question sans réponse, une inscription de 1785 sur le dé du nord ne fourni pas une explication probante.

De 1800 à 2000: le moulin à vent continue à exister!

Des données en ce qui concerne le moulin à vent durant le 19ième siècle se font rares. En 1835 il y a Jan-Baptist Van De Velde, pour la première fois un meunier-propriètaire. A partir de 1859, pendant tout un siècle le moulin sera la propriété de la famille Walraevens. Il reste en opération jusqu'en 1940, mais comme c'est le cas avec tous les moulins à vent, l'industrialisation, les nouvelles sources d'énergie et l'évolution dans l'agriculture, le poussent implacablement hors des marchés.

En 1944 le moulin à vent obtient la protection comme monument de la part de la "Koninklijke Commissie voor Monumenten en Landschappen", la commission royale pour les monuments et les sites. A partir de 1954 plusieurs volontaires sous la supervision du meunier Henri Van Nuffel gardent le moulin en opération, au printemps et en été. Détail piquant, les Van Nuffels en vue d'une spéculation immobiliaire, ont abattu leur propre moulin à vent en 1971, le Zouave papal de Pamel, une autre perte d'un monument historique! Heureusement, les propriétaires du moulin à vent de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek, les Rooselaers et les Heremans continuaient des travaux de rénovation en 1954, 1970 et 1974.

Fin heureuse: le moulin Hertboom existe encore.

A la vente publique en 1999 Jozef Van Waeyenberge achète le moulin à vent et la ferme. Une rénovation nécessaire et poussée hors de commun est mise à exécution afin que le moulin à vent soit à nouveau en condition opérationelle et de façon à préserver cet héritage précieux d'artisanat pour des générations à venir.


Le village

Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek

Le moulin à vent n'est pas le seul monument remarquable à Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek. Le village rural a littéralement et figurativement un passé riche en étant devenu par le passé un lieu de pèlerinage. Lombeek reste aussi associé au nom de Frans van Cauwelaert. Et sans oublier: les splendides paysages qui entourent le village.

Histoire

Bien qu'on ait retrouvé au 19ième siècle des restants des temps Romains, - Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek n'est situé qu'à deux kilomètres de la route Asse-Bagacum, une importante route de jonction dans la Belgique Romaine pendant l'Empire Ancien - on sait très peu sur l'origine et la plus ancienne histoire.

Cet établissement - aux bords du ruisseau du nom "Lombeek", nom qui réfère aux Lombards de l'Empire Romain - a bel et bien été établi avant 1112, car à l'époque l'abbaye de Nivelles était déjà responsable de l'administration de l'église.

Au milieu du 13ième siècle, l'évêque de Cambrai, Nicolas, fait que l'église devient une paroisse indépendante, détachée de la paroisse principale d'alors, Onze-Lieve-Vrouw-Lennik, aujourd'hui Sint-Kwintens-Lennik. Cette indépendance y est venue suite au fait que l'église est devenue un lieu de pèlerinage célèbre et très fréquenté. L'usage du néerlandais (le flamand)
est documenté depuis 1322.

Vers 1300, le village appartient aux Walcourts, seigneurs de Aa et les seigneurs de Lombeek, pour être transmis, en 1381 dans les mains des seigneurs de Gaasbeek. En 1768 le village devient une baronnie. A propos, jusqu'en 1808 Hieronimus Benedictus Vonck était le curé, frère du célèbre Vonck de la révolution brabançonne, contre le pouvoir autrichien. En 1964 il y a la fusion de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek avec Strijtem et Pamel pour devenir la nouvelle commune de Roosdaal. En 1977 aussi Borchtlombeek se fait ajouter à Roosdaal.

L'église: Onze-Lieve-Vrouw-Kerk (l'église de notre dame)

Les travaux de la construction de l'église de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek en style du début de l'art gothique ont commencé autour de 1265. Le choeur est du 13ième siècle. La fin des travaux avec le placement du clocher arrive en 1315 par la bénédiction de l'évêque Guy, assisté de Sire Jean de Lombeke. Ce dernier faisait construire le château du Rokkenborch.

Malgré la petite taille du village, l'église est monumentale et richement décorée, dotée de pièces d'art merveilleuses grâce aux richesses des pèlerins venues à Lombeek. Comme oeuvre magistrale il y a le splendide retable de la Vierge Marie du quinzième siècle. Chef-d'oeuvre inégalé de travail de précision des maîtres de Bruxelles en bois sculptée du début du 16ième siècle, dont une copie en plâtre se trouve au musée du patrimoine national où nombre d'archives d'église sont conservées, malheureusement sans être étudiées et quasi oubliées. Le retable montre la vie de la Vierge Marie en neuf scènes. Des pièces, par différentes occassions, ont été volées, dès lors l'église n'est accessible que sur rendez-vous.

Parmi les autres pièces d'art il y a les grisailles, les boiseries, les confessionals, les statues du calvaire et un Christ expressif sur la pierre froide. A l'arrière, un portail en bois du style rococo et des orgues baroques. Sous la jolie chaire un groupe sculpté montre la conversion de Hubertus. A l'extérieur des têtes grotesques décorent les murs de l'église d'une façon inhabituelle.

D'autres édifices

Situé au milieu du village il y a le château du Rokkenborch, doté d'un donjon comme tour d'habitation d'origine médiévale (1336) construite comme chaînon d'un système de défence. Le nom Rokkenborch apparaît aux actes en 1412.

L'édifice, la résidence originale des Sires de Lombeek, a été utilisé au long de son histoire à des fins diverses, par exemple comme tour d'habitation, résidence, baronnie, maison de bailli, court, ferme ou école. Des travaux d'extension vers 1700 nous laissent en héritage une dépendance joliment conservée de style renaissance flamand.

Après une période d'inoccupation au cours du 19ième siècle des travaux de conservation ont été exécutés et d'autres embellissements ont été ajoutés comme par exemple les fenêtres du 13ième siècle récupérées du château de Thy-le-Château. L'allée monumentale en hêtre a été plantée vers 1870. Rokkenborch n'est pas ouvert au public et ne peut pas être visité.

En face de l'église il y a le restaurant De Kroon. Le bâtiment date de 1760. Il y a encore d'autres bâtiments anciens éparpillés dans le village.

Le personnage Frans van Cauwelaert

Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek est le village natal de Frans et de August van Cauwelaert, personnages célèbres du mouvement flamand. Leur parents étaient des agriculteurs aisés, qui avaient leur ferme en bordure du ruisseau de la Lombeek à un jet de pierre de la place du village.

August van Cauwelaert (1885-1945) est devenu magistrat, écrivain et poète, Frans van Cauwelaert (1880-1961) a parcouru d'autres chemins: membre du parlement depuis 1910, maire d'Anvers et en étant à plusieures reprises ministre il était le politicien flamand le plus important de l'histoire belge de l'avant-guerre.

Le congrès national Léon Degrelle

Le 10 juillet 1938 le congrès national de Rex a eu lieu à Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek. Un mouvement de masse de l'extrême droite. Selon les organisateurs 60.000 participants conduit par Léon Degrelle, avec dans son sillage des personnalités et des milliers de sympathisants de l'extrême droite venus de la Wallonie et de Flandre. Une page de l'histoire de Lombeek que beaucoup d'habitants du village tournent turn rapidement.

Calendrier

1300-1350

Sans doute Diederik de Walcourt, Sire de Aa et de Lombeek, fait construire le premier moulin à vent sur la colline au champ Hertboom.

1380

De même que Lombeek le moulin à vent devient la propriété des Sires de Gaasbeek.

1655

Le dernier propriétaire de Gaasbeek, Alexandre De Renesse, vend le moulin à peine érigé pour se dégager des dettes de son père impétueux. Pour des raisons confuses le nouveau propriétaire, le chevalier Gabriël Le Febvre, fait construire en 1657 un nouveau moulin à vent.

1689

Jan Dors, procureur à Bruxelles, acquiert le moulin. Après la noblesse, maintenant les patriciens de Bruxelles se succèdent comme propriétaires de moulins.

1690

Les troupes du roi français Louis XIV détruisent le moulin et la ferme par le feu. D'autres moulins, pas mal de fermes et de maisons de la région subissent le même sort comme punition pour cause de non paiement ou d'acquittement inadéquat des taxes de guerre.

1723-1732

Naissance du moulin actuel et de la ferme. Après trente années en débris, le propriétaire Egidius De Mesmaeker, patricien à Bruxelles, construit un nouveau moulin et une maison. Le moulin est achevé probablement en 1723 et certainement en 1727.

1745

Vol avec assassinat par les membres de la bande de l'infâme Jan De Lichte. Meunier Peeter Van Lierde se fait poignarder. Les actes sinistres de Jan De Lichte demeurent de génération en génération dans la mémoire du peuple.

1760

Le moulin a-t-il été détruit et reconstruit avec des pièces sauvées? Une inscription sur une poutre 'M.d.M. 1760' n'est pas convaincante. Il y a plus de certitude que 1727 serait l'année de naissance.

1775

L'illustre carte de De Ferraris des Pays-Bas autrichiens indique clairement le moulin à vent, la maison du meunier et les étables. De même qu'aux archives plus anciennes sous la dénomination 'le moulin Herdt Boom'.

1784

Une rénovation de la maison du meunier en 1723-1732 donne au bâtiment l'aspect actuel.

1835

Jan-Baptist Van De Velde devient le premier meunier-propriétaire. La période de devoir louer des patriciens s'achève. A partir de 1859 le moulin appartient durant tout un siècle à la famille Walraevens.

1917

Première guerre mondiale et à nouveau un vol sanglant avec assassinat dans la maison du meunier. Deux habitants se font couper la gorge. Le moulin reçoit le surnom "Le moulin tragique".

1850-1930

La révolution industrielle avec la méchanisation et les sources d'énergie nouvelles pousse les moulins à vent hors des marchés. Moulin après moulin cesse de moudre, tombe en ruine et disparaît.

1944

Le moulin à vent devient monument. La protection, suivie de travaux de rénovation, sauve le géant des vents de la destruction.

1964-1965

Tournage au et autour du moulin à vent de la série de télévision: "Le Capitaine Zeppos". Le moulin devient le "Moulin Zeppos".

1999-2002

Jozef Van Waeyenberge achète le moulin et suit un cours de meunier organisé par Levende Molens vzw. (Moulins vivants). Une restauration en détail se met à exécution.

1999-2000

Recherches aux archives, étude bibliographique et topographique en ce qui concerne le complexe du moulin à vent. Avant-étude exhaustive et avant-projet des spécifications de soumission par architectes et ingénieurs.
Inspection et inventaire par Monumentenwacht vzw. (Garde Monuments). Consultation de l' administration des Monuments et Sites. Processus administratif du dossier de la restauration.

2001

Démantèlement, inventaire avec poinçonnage, description, photographie et video du moulin.

2001-2002

Conclusions, phase finale du dossier de la restauration, transport des pièces détachées du moulin vers l'atelier de Roland Wieme, réparation des éléments réutilisables du moulin à l'atelier, reproduction d'éléments, reconstruction des fondations. Création du website www.windmolen.be et
installation de caméras-web avec accès direct aux travaux de restauration au site du moulin par internet et réalisation d'un enregistrement sur film de la reconstuction. Restauration des dés, transport de retour des éléments du
moulin à vent au site et reconstruction du moulin à vent. Terminer l'environnement et l'entrée.

1 december 2002

Inauguration en fête du moulin à vent restauré "HERTBOOM" de ONZE-LIEVE-VROUW-LOMBEEK.


Litérature et Références

Pour en savoir plus du moulin à vent de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek:

- Jan Struyf, recherches aux archives, étudé bibliographique et topographique en ce qui concerne le complexe du moulin à vent de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek: Verkenningen. (Recherches exploratoires) Heverlee, 1999. Cet ouvrage non publié est une étude très extensive et complète du moulin; pourvu d'une liste extensive de références bibliographiques.

- Gerard Van Herreweghen, De tragische molen van Lombeek. (Le moulin tragique de Lombeek) Davidsfonds Roosdaal; édition spéciale DF-Klokje, 1982. L'auteur expose le contexte historique du vol avec assassinat de 1745 par la bande de Jan De Lichte. Un résumé lapidaire de l'histoire du moulin comme introduction.

- J.F. Vincx, De molens van 't Payottenland, (Les moulins du Payottenland) Merchtem, 1931. Ouvrage moins récent, mais intéressant parce que on y retrouve en récapitulation tous les moulins disparus entretemps au Pajottenland. Les articles originaux ont été publié dans Eigen Schoon & De Brabander, volume 13 et 14.

- articles divers dans Levende Molens et Molenecho's, revue illustrée des associations de moulinologie de Flandre.

Informations plus générales en ce qui concerne les moulins à eau et à vent:

- Van zadelsteen tot windkruier. 2000 ans de moulins en
Flandre, Gent, 1998-2000, 2 volumes. Ouvrage de référénce de l'histoire et de la technologie en ce qui concerne les moulins de nos régions.

En Flandre il y a plusieures associations de moulinologie:

- Centrum voor Molinologie en het Molenmuseum
Kerkstraat 3
B-2890 Sint-Amands
België

- Molenzorg vzw
Bruggestraat 74
B-8830 Hooglede
België
Tel.: 051/20.37.78
(www.molenechos.org)

- Levende Molens vzw
Grootveldstraat 12
B-1652 Alsemberg
België
Tel.: 02/380.24.09
(http://users.tijd.com/~tdn22793)

- les architectes et les ingénieurs:

Ro Berteloot, architect-moulinoloog
Architectenburo Ro Berteloot B.V.B.A
Kasteellaan 89
B-9000 GENT
België
Tel 09.233.16.81
E-mail: arch.berteloot@tijd.com

Sabine Okkerse, Ir.-architect-moulinoloog
Architectenburo Ro Berteloot B.V.B.A
Kasteellaan 89
B-9000 GENT
België
Tel 09.233.16.81
E-mail: arch.berteloot@tijd.com

Mr. Dirk Goossenaerts
Algemeen Directeur
Styfhals Ingenieursbureau
Hansenslaan 7
B-1800 Vilvoorde
België
Tel +3222559900
Fax +3222559955
E-mail: styfhals@pophost.eunet.be

Mr. Paul Styfhals
Styfhals & Partners
Hansenslaan 7
B-1800 Vilvoorde
België
Tel +3222559900
Fax +3222559955
E-mail: styfhals@pophost.eunet.be

Restauration - experts des moulins:

Roland Wieme PVBA
Leihoekstraat 71 B
B-9870 Machelen-Zulte
België
Tel + 32 9 380 84 60
Fax + 32 9 380 44 14

Molenbouw de Jongh
De Witstraat 19
NL 5503 Veldhoven
Tel +31 40 253 27 68

Autorités:

Monumenten en Landschappen
Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap
Koning Albert II-laan 20 bus 7
B - 1000 Brussel
België
Tel +32 2 553 82 11
Fax +32 2 553 82 05
E-mail: nowa.vlaanderen@skynet.be
Website: www.monument.vlaanderen.be

Monumentenwacht Vlaams-Brabant
Mechelsevest 108
B - 3000 Leuven
België
Tel +32 16 22 02 01
Fax +32 16 22 68 78
E-mail: aml@lin.vlaanderen.be
Website: www.monument.vlaanderen.be

Provincie Vlaams-Brabant
Diestsesteenweg 47
B - 3010 Leuven
België
Tel +32 16 26 70 70
Fax +32 16 26 70 71

Gemeentebestuur van Roosdaal
Brusselstrat 15
B - 1760 Roosdaal - België
Tel +32 54 32 61 61
Fax +32 54 32 90 20
E-mail: info@roosdaal.vera.be


Assureurs:

KBC Verzekeringen
Van Cauteren NV
Ninoofsesteenweg 121
B - 1700 Dilbeek
België
Tel +32 2 569 63 74
Fax +32 2 569 73 12
E-mail: Eric.Van.Cauteren@abb.be

Donneur d'ordre:

Cofic N.V.
Molenkauter 9
B - 1760 Roosdaal
België
Tel +32 54 51 87 07
Fax +32 54 51 87 17
E-mail: cofic.nv@telenet.be
Website: www.windmolen.be

 
Données Techniques
   
 

Fonction, type et force motrice.

Le moulin Hertboom est un moulin à pivot en bois. Il fonctionne comme un moulin à céréales.

Le moulin à céréales dans le Pajottenland agraire (Pajottenland est la dénomination de la région où le moulin à vent est situé.)

Comme la plupart des moulins au Pajottenland, semblable à la majorité des moulins en général, le moulin Hertboom est un moulin à moudre des céréales, faisant fonction de moulin à moudre principalement des céréales ou les blés. Logique, encore en 1866 la récolte des céréales couvre un tiers de la surface totale du territoire de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek.

Depuis le Moyen Age le moulin à moudre le blé était le chaînon vital de l'industrie agricole. La demande de capacité à moudre était grande; le pain étant l'aliment principal.

Les moulins ne sont pas toujours des moulins à moudre le blé. La force motrice du mouvement tournant a été utlisé pour beaucoup d'applications. Il y a les moulins à huile, les moulins polder pour la mise à sec des terres cultivables, les moulins pour scier le bois et les moulins pour fabrication de papier, …

Le moulin à pivot: simplicité et force

C'est un mythe historique que les croisades auraient amené les moulins à pivot vertical de l'est. De surcroît, les références et les illustrations les plus anciennes indiquent que ce type de moulin est d'origine flamande. A tous égards certain: autour de 1100 le moulin à pivot fait son apparition dans notre région. Le moulin à pivot ingénieux et elegant devient très tôt le type de moulin le plus répandu.

Le principe du moulin à pivot n'est pas compliqué, la construction est un équilibre osé de forces soigneusement calculées. Le pivot ou le standard est l'axe central vertical permettant de déplacer le moulin entier de 360°. De cette façon les ailes peuvent être tournées face au vent, de n'importe quelle direction qu'il souffle.
Plus en détail: la structure en bois qui tourne au sommet du pivot vertical est construite sur une traverse horizontale. La carcasse en charpente et le pivot (le tout pèse environ trente tonnes métriques) gardent leur position à plomb grâce à une construction aux pieds du moulin. Le pivot ne touche pas le sol! Huit poutres obliques transportent le poids vers deux poutres
horizontales entrecroisées. Ces poutres en croix posent sur quatre blocs en maçonnerie: les dés.

Pour tourner le moulin face au vent, le meunier utilise un treuil ou une bobine situé en dessous de l'escalier, attaché à la queue du moulin à vent. Aussitôt tourné dans la bonne direction, le meunier peut couvrir les ailes par des voiles afin de profiter plus de la force du vent.

Les dés blancs en pierre régionale, l'étage doublement mansardé, les tuiles en bois et les ardoises du côté des ailes offrent au moulin à vent de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek son caractère distinctif et sa beauté.

Le vent, énergie verte mais capricieuse.

Un moulin à pivot peut être tourné vers toutes les directions du vent, mais ceci ne suffit pas pour assurer un fonctionnement approprié. Les vents ne peuvent pas être gênés. Les obstacles font tourbillonner les vents. Le plus libre et le plus stable le vent, d'autant mieux le produit moulu. C'est la raison pour laquelle qu'on retrouve la plupart des moulins à vent à l'extérieur des villages en pleine nature, sur une colline naturelle ou artificielle. On coupe les arbres autour et en général il n'y a pas de maisons dans le voisinage.

La ferme à Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek fait exception. Du reste ce moulin est à l'extérieur, au milieu des champs, à un endroit pour la région très élevé, bien éventé. La colline fait 85 m de hauteur soit 40 m plus haut que le seuil à l'entrée de l'église.

 
Jours de visite / Musée
   
 

Pendant les travaux de restauration, le public n'a pas accès au domaine (du moulin).

Les personnes interessées peuvent suivre l'évolution des travaux depuis la rue, et probablement dès la mi-mai les travaux pourront être suivi en direct sur internet par le site www.windmolen.be

Ouverture prévu (pour) fin 2002.

 
Galérie de photos
   
  Regardez les photos des différentes catégories.

Pendant les travaux de restauration, les photos seront renouvelées au fur et à mesure. Suivez l'évolution de la reconstruction du moulin.

Photos d'avant la restauration.

 
Extraits de film
   
  Vous pouvez suivre en direct la reconstruction du moulin. Plusieurs caméras suivront en permanence les travaux de restauration.
Pour toute information appuyer ici .
 
Contact
   
  Si vous avez des remarques ou des questions, n'hésitez pas à nous contacter.
 
Livre d'or
   
  Ecrivez vos commentaires dans le livre d'or.
   
 
Itinéraire
   
 

ADDRESSE

Hertboomwindmolen
Molenkauter 9
B - 1760 Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek

PLAN / ITINÉRAIRE

COMMENT ARRIVER AU MOULIN A VENT ?

  • En venant de la côte par l’autoroute Ostende-Bruxelles prendre la sortie Alost (Aalst) direction Ninove. A la fin de la route expresse à Ninove prendre la direction Bruxelles par la chaussée de Ninove (Ninoofsesteenweg). A Roosdaal sur la chaussée on peut déjà voir le moulin à l’horizon sur la droite. Prendre à droite à l’indication Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek et ensuite reprendre à droite vers le moulin.
     
  • Venant de Bruxelles ou d’autres directions aboutissant sur le grand Ring autour de Bruxelles prendre la sortie Dilbeek et suivre la direction Ninove pendant +/- 15 km jusqu’à Roosdaal. Tourner à gauche direction Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek puis prendre à droite en direction du moulin à vent.

    Il existe encore quelques indicateurs «Windmolen».
     
  • Si vous venez avec le bus «De Lijn» Bruxelles - Ninove - Bruxelles il faut descendre à l’arrêt «Belle Alliance», marcher dans la direction de Onze-Lieve-Vrouw-Lombeek et prendre la première rue à droite. Une promenade d’environ 15 minutes.

 
cliquez sur la carte pour agrandir